Architecture, Uncategorized

Container Vacation House

Conçu en compagnie de Victoria Migliore et François-Mayeul Marraud, le projet Container Vacation House est le résultat d’un concours lancé par le site [AC-CA] concernant le conception d’une maison secondaire à partir de containers sur le site de Bondi Beach à proximité de Sidney.

Plan RDC
Plan R+1
Plan R+1
PLAN RDC-SI
Axonométrie éclatée
Axonométrie

 

Perspective extérieure, Vue Nord

 

CCRS_BONDAI_PERSPECTIVE EXT 2 alt

 

Perspective cuisine, salle à manger

CCRS_BONDAI_PERSPECTIVE INT 1

Perspective Master bedroom

CCRS_BONDAI_PERSPECTIVE INT 2 alt

Perspective common space, R+1

CCRS_BONDAI_PERSPECTIVE INT 3 alt

Par défaut
Architecture

Camelot Research and Visitors Center

Perspective si 2

Perspective extérieure/ Sud-Est

 

Au cours de l’année 2013 j’ai participé au concours CRVC (Camelot Research and Visitors Center) organisé par Archimedium. Il s’agit d’un concours ouvert aux étudiants et jeunes diplômés ayant pour sujet la création d’un musée et d’un espace de recherche dédiés à la légende du roi Arthur et du château de Camelot. Sur d’anciennes ruines situées à proximité du village de South-Cadbury (Angleterre) et datées de VI siècles, l’emplacement présumé du château de Camelot, il nous était demandé de créer un espace muséal de 1500m ² et un espace de recherche de 650m ². Mon approche à consisté en une réinterprétation d’éléments architecturaux issus de l’architecture médiévale (système structurel, matériaux de construction, lumière…) afin d’inciter le visiteur à s’immerger dans l’histoire. L’imbrication de volumes de hauteurs et surfaces variables a engendrer une compression et dilatation des espaces offrant tout à tour intimité ou grandeur aux diverses secteurs du musée. L’inertie engendré par l’épaisseur des murs de pierre permet également de retrouver l’idée de forteresse tout en offrant des cadrages forts en relation avec le contenu muséologique (opposition, comparaison, mise en abyme). Situé sur un plateau, le CRVC n’indique sa présence qu’à travers les reflet du soleil sur les écailles métalliques qui recouvrent une partie du bâtiment.

bibliothèque si bis

Perspective intérieure/ Bibliothèque

grande salle SI

Perspective intérieure/ Grande salle du musée de la légende

coupe

plan

Par défaut
Architecture

Projet de fin d’études

Anti-Icône 2Ce projet de fin d’études a été consacré à une réflexion sur l’architecture dystopique. Suite à un mémoire dédié à l’analyse des différentes sociétés dystopiques en littérature (1984, Le meilleur des mondes, Les voyages de Gulliver, Nous autres…) et une analyse approfondie du travail des radicaux italiens (SuperStudio, Archizoom…) le projet s’est orienté vers une problématique plus spécifique : l’architecture du spectacle. Inscrit dans le site des Halles à Paris, ce projet prend la forme d’un incubateur visant à la reprogrammation du spectateur en Néo-primitif : la dé-civilisation. La société du spectacle, forme ultime de la société contemporaine selon Guy Debord, est ici l’outil de sa propre disparition. Les diverses sous-thématiques abordées à travers le macro thème du spectacle se superposent comme autant de parcs à thèmes de manière à instaurer progressivement une régression du visiteur de l’état de spectateur passif à celui d’acteur de sa propre survie. Le dispositif architectural et technique connait une évolution inverse, très complexe et technique au sommet de l’incubateur, il va peu à peu se simplifier jusqu’à disparaître au profit d’une simple structure. Le niveau inférieur de la structure, espace à expansion illimitée, est l’étape ultime de cette dé-civilisation où l’homme est redevenu animal. Le spectacle comme quintessence de l’évolution humaine devient alors un outil de régression.
coupe PFE

Coupe urbaine /
plan masse 2

Plan Masse /
Les Halles, Paris

Présentation1

Le Synthétiseur de Voyage

Présentation1

Le Romantique Standard /

Présentation1

Hotel Panoramic /
Niveau 0

Présentation1

Hotel Panoramic /
Niveau -1

Présentation1

Cinéma Sentant /

Coupe

Monopoly /

Présentation1

Shop Center /
Niveau 0

Présentation1

Shop Center /
Niveau -1

Présentation1

Shop Center /
Niveau -2

Présentation1

Shop Center /
Niveau -3

Présentation1

Le Standard Hotel /

Présentation1

Fish & Skin /

Coupe

Exotique Standard /

Coupe

Community Hotel /

Présentation1

L’As Vegas /

Présentation1

Erotique Standard /

Présentation1

Firecamp Hotel /

Coupe

Thanatos /

Présentation1

Anti-Icône Hotel /
Univers illimité

Pérégrinations du visiteur dans le Hub…

marraud-00-a

marraud-00-b

marraud-00-c

marraud-00-d

Présentation2

marraud-00-e

marraud-00-f-800x494

marraud-00-h

marraud-00-g

marraud-00-i-800x465

marraud-00-j

Présentation1

Présentation1

Présentation1

Présentation1

IMG_7278

IMG_7284

IMG_7286

IMG_7291

Par défaut
Architecture

Micro Landscape

La thématique de cet atelier consistait en la création d’un “common space”  dans les thermes de Caracalla, monument historique situé en plein cœur de Rome. À travers les différentes analyses que nous avons effectuées il nous est apparu que ces espaces publics n’étaient pas générés par l’architecture, mais plutôt par le comportement humain. Nous avons donc décidé de nous affranchir du langage architectural pour développer un concept de Micro landscape , un paysage synthétique générer par des éléments naturels déjà présents sur le site. Cette zone du centre de Rome contraste fortement avec le reste de la ville par ça faible densité urbaine. Nous avons effectué une redensification topographique et programmatique de cette zone. Cette nouvelle topographie intègre un programme favorisant la synergie physique et intellectuel des citoyens romains. Un répertoire confronte les différentes topographies et les usages qui en découlent (espaces de travail, forum, espace de jeu, espace de lecture…). Sans se prétendre naturel cet espace conjugue programmation architectural nodale et topographie extraite de la nature. Le lien social ne se confronte à aucun obstacle insurmontable, à aucune barrière, il se tisse en harmonie avec le site de Caracalla et la nouvelle végétation qui y a été implantée. Les ruines servent de point d’horizon, elles sont le passé et l’avenir d’un paysage en mutation permanente.

 

Marraud Durel matrix book_01

Marraud Durel matrix book_02

Marraud Durel matrix book_03

Marraud Durel matrix book_04

Marraud Durel matrix book_05

Par défaut
Architecture

A smarter Matrix

Cet atelier dirigé par Peter Cook proposait une réflexion sur la cour de l’école spéciale d’architecture. Nous avons imaginé une matrice intelligente recouvrant la surface entière de la coure et qui permettrait aux élèves et aux enseignants de moduler à leur grès ce nouveau paysage. Il s’agit d’une trame de plots en bois montés sur vérins ayant la capacité de monter et descendre, mais aussi de proposer un certain nombre d’outils utiles et ludiques (toiture parapluie, luminaires, projecteurs, hamacs…). Ce paysage mobile serait contrôlé par un ‘centre de contrôle’ comparable à un logiciel de modélisation 3D. L’architecture informatique prend alors une nouvelle dimension et l’élève peut ainsi se confronter à sa propre création. Les enseignants pourront aussi recréer certains quartiers ou îlots pour illustrer leur cours. Le projet comporte aussi en sous-sol une bibliothèque d’où l’on peut voir le négatif de ces différents usages. La relation de l’architecte avec l’informatique est aussi une des questions qui ont généré cet espace. Son fonctionnement ultra perfectionné contraste avec l’utilisation classique d’un livre : c’est une caricature de la recherche sur les moteurs de recherche d’internet. Une machine centrale appelée Googlizer s’occupe d’aller chercher votre livre, de vous l’amener à votre table et de vous tirer la chaise par le biais d’un système tellement complexe qu’il en devient burlesque. Parmi de nombreux autres gadgets architecturaux nous avons imaginé des logements pliables qui accueilleraient les élèves pendant la nuit puis se rétracteraient au sommet des immeubles le jour.

7

9

Sans titre-2

Coupe Transversale /
Ecole spéciale d’architecture, Paris

Sans titre-1

Perspective et éléments techniques /
Ecole spéciale d’architecture, Paris

Par défaut
Architecture

Plastec City

T1
Cet atelier dirigé par Reza Azar proposait une approche singulière du projet : créer un univers architectural à partir d’un roman.
À partir du roman de René Barjavel Ravage, j’ai donc imaginé une ville intitulée Plastec City (en référence au matériau polyvalent décrit dans le roman Ravage de Barjavel). Cette ville à trame carrée est constituée d’Immeubles/villes constitués de modules de plastec comportant chacun un programme majeur générateur de flux inter-immeubles et une multitude de programmes mineurs associés au flux intra-immeubles. Ainsi l’homogénéité de la trame disparaît au profit de l’hétérogénéité des flux et la richesses des rencontres fortuites ou programmées.
Dans un deuxième temps cet univers s’est adapté au site de la Défense pour résoudre des problématiques de discontinuités (topographique, visuelle et programmatique) inhérente à son statu de dalle. Les immeubles/ville ont été implantées sur l’île de Puteaux afin d’accueillir une nouvelle population d’étudiants. Trois autres modules ont aussi été réparti sur ce territoire afin de perméabiliser des espaces et des populations hermétiques et ainsi de réintégrer la Défense dans son environnement proche. Les relais hauts créent un lieu entre les diverses tour tandis que les relais bas font le lien entre la Dalle et les communes voisines. Les halles ont finalement pour rôle de créer une activité culturelle sur le site et de créer un lien social entre les habitants et les travailleurs de la Défense. La nouvelle population étudiante, vierge de tout a priori, favorise cette ré-appropriation du site et ce nouveau lien social qui feront de ce territoire aride un lieu de vie à part entière.

5,5T5

4

13

Plan d’un Immeuble-Ville /

15

Coupe sur la Plastec City /

plan texturé

Plan masse de la Plastec City /

22,5

Plan d’implantation /
La Défense

28

Le relais haut /27

Le relais bas /

22

Les Halles /

 

Par défaut